La Dispute

[slideshow_deploy id=’693’]

C’est un classique singulier, qui valorise la parole de Marivaux dans une approche détonnante, fidèle à l’œuvre, que nous vous proposons.

Les grandes thématiques de la pièce sont traités au cœur et mis en perspective pour en capter tous les enjeux, toutes les subtilités et tous les niveaux de lecture. L’esthétique est contemporaine et l’histoire imaginaire. L’œuvre est d’une originalité déconcertante, elle s’approche du mythe en ce qu’elle propose des situations fantastiques pour traiter des problématiques philosophiques : comment puis-je appréhender le monde ? Quels choix se présentent à moi ?

Le spectacle convient aussi parfaitement aux étudiants de 5ème et 6ème années auxquels il propose des codes d’aujourd’hui pour faire émerger les questionnements humanistes de Marivaux.

La catharsis des étudiants hésite entre la position du voyeur cynique et celle de l’adolescent qui, avec chacun de ses cinq sens, appréhende le monde avec gourmandise.

Le rythme du spectacle et la multiplicité des médias vivants convoqués pour raconter l’histoire (mouvements, musiques, chorégraphies) offrent un univers onirique, limpide et surprenant qui captive l’attention et ouvre une dimension poétique supplémentaire.

Une création du Théâtre de l’Escalier, en coproduction avec les Gens de bonne compagnie et le Théâtre Jardin Passion, réalisée avec le soutien du Centre des arts scéniques et de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Service du Théâtre).

Spectacle d’1 heure 15 sans entracte

Photos

Agenda

La Dispute a été créé par le Théâtre de l’Escalier au Théâtre Jardin Passion en 2014. Il a ensuite tourné à Bruxelles et en Wallonie jusqu’en 2015 (43 représentations). 

 

Contact diffusion Marie David

 

Distribution

  • de Marivaux
  • Adaptation et mise en scène d’Emmanuel Dekoninck
  • Avec Geoffrey Seron, Marie-Noëlle Hébrant, Sébastien HébrantCamille Dawlat, Sophia Geoffroy, Sarah Lefèvre, Damien De Dobbeleer et Quentin Minon.
  • Création lumière et régie : Juan José Borrego
  • Scénographie : Olivia Sprumont
  • © photos : Dominique Bréda